L'article

Sandrine Ray: Aumônière des sportifs d’élite

Sandrine Ray: Aumônière des sportifs d’élite
 
15.05.20 - 2001: L’équipe féminine suisse de hockey échoue à se qualifier pour les Jeux Olympiques. Membre de cette équipe, la jeune Sandrine Ray est effondrée. Pourtant, c’est à ce moment «T» que l’adolescente choisit de se tourner vers Dieu. Quatre ans plus tard, elle participera aux JO de Turin. Aujourd’hui aumônière sportive, elle s’engage de tout cœur pour les sportifs de haut niveau. Rencontre.
En quoi consiste votre travail d’aumônière sportive?
Il comporte deux aspects: l’accompagnement soit de sportifs qui traversent des moments difficiles et se retrouvent face à des questions existentielles, soit de sportifs déjà croyants afin de les aider à croître spirituellement. En effet, en raison de leurs engagements sportifs, ceux-ci sont toujours en voyage ou en entraînement et n’ont pas la possibilité d’aller à l’Eglise. Je propose donc des études bibliques et j’essaie de créer un groupe pour eux. Par ailleurs, je me déplace sur des événements ou des camps d’entrainement et je mets aussi en place des groupes de prière entre plusieurs athlètes afin qu’ils puissent partager ce qu’ils vivent.

Pourquoi avez-vous à cœur ces sportifs?
De l’extérieur, on a l’impression que le monde du sport est incroyable: les athlètes sont jeunes, beaux, forts. Pourtant, de l’intérieur, je vois des personnes captives d’un système qui ne prend pas vraiment en compte l’être humain: beaucoup de pression, des douleurs physiques, un éloignement familial, etc. Personne ne rejoint ces sportifs car on croit qu’ils n’ont besoin de rien. Tant que tout va bien, il n’y a pas de problème.
Les difficultés surgissent en cas de blessure, de non-sélection, de fin de carrière, ou encore lorsqu’aux JO, l’athlète reçoit un appel lui apprenant qu’un membre de sa famille a une grave maladie, par exemple. C’est là que les besoins se font sentir.

Est-ce automatique d’avoir un aumônier sur les grandes rencontres sportives?
La présence d’un aumônier n’est pas encore un acquis, et il faut chaque fois renégocier pour avoir une place sur les événements. On me demande parfois à quoi sert un aumônier. Ce que j’observe, c’est qu’à chaque édition des Jeux, des sportifs ou encadrants vivent des deuils. Comment gérer ça? Le coach a préparé son athlète mais n’est pas formé pour traiter une telle situation. Il lui dira de mettre cette mauvaise nouvelle de côté, mais ce n’est pas possible ! Aux Jeux paralympiques de Rio, par exemple, une équipière a perdu sa mère. Elle ne voulait pas gâcher la fête et déconcentrer ses athlètes. Elle ne pouvait pas vivre ses émotions.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 
En savoir plus

Les 3 questions rituelles:

Quel est votre verset biblique préféré?
«Rien ne pourra me séparer de l’amour de Dieu» (Rom. 8, 38-39).
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x