L'article

Quand mon stress affecte mon enfant...

Quand mon stress affecte mon enfant...
 
15.05.17 - Les enfants ont souvent de la peine à mettre des mots sur le stress que leur transmettent leurs parents. Peut-on les aider à s’exprimer? Entretien avec Adeline Yamnahakki, pédopsychiatre, psychologue et auteure de La Faute à Stressor (éd. Prétexte).
Comment l’enfant réagit-il face au stress parental?

On constate que déjà les bébés pleurent ou se calment dans les bras de Maman ou de Papa selon que ceux-ci sont eux-mêmes stressés ou apaisés. Il n’y a pas besoin de mots, cela passe aussi dans le non-verbal, ce qu’on appelle en neurosciences les «neurones miroirs». Le corps des parents se raidit ou devient mou, le visage se crispe ou devient livide, la voix tremble ou devient cassante; ce sont parfois même des micromouvements incontrôlés.


Peut-on cacher son stress à son enfant?
Inutile de se culpabiliser ou de vouloir «faire comme si»; les enfants ne sont pas dupes. Il vaut mieux identifier ce qui fait mal et réaliser qu’il ne suffit pas de vouloir bien faire pour bien faire. Il n’y a pas de honte à se laisser aider et apaiser soi-même comme parent.

Un parent peut-il éviter de transmettre son stress à son enfant?
Demander aux parents de ne pas répercuter le stress sur leurs enfants serait une injustice.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Comment est né le personnage de Stressor…

Quel était votre objectif en publiant cet ouvrage?

Il me manquait, dans mon cabinet de pédopsychiatre, un outil à l’usage des enfants. Comme j’aime dessiner et que j’avais besoin d’images pour expliquer des choses qu’on observe dans le non-dit, je me suis «amusée» à dessiner et rédiger ce livre. Je voulais rendre visible pour ces familles, malmenées par les circonstances de la vie, les pièges relationnels dans lesquels elles s’étaient empêtrées.
(...)
 

x