L'article

Quand je suis responsable de mon propre stress

Quand je suis responsable de mon propre stress
 
24.11.09 - J’ai appris qu’il n’y a pas de travail parfait. Mais j’ai aussi découvert, à la dure, qu’il y a différentes façons de gérer les conflits et les situations de stress sur le lieu de travail. La nouvelle surprenante est que ces cinq conseils ne dépendent de personne d’autre que vous!
1. Evaluez votre responsabilité dans le problème
Aussi difficile qu’il soit de l’admettre, on s’inflige soi-même certains stress professionnels. Un jour, j’ai remis à mon patron un article tiré d’un magazine économique que j’avais rapidement lu la veille au soir. Il était ravi et m’a encouragée à poursuivre. Je me suis senti pousser des ailes. J’ai commencé à feuilleter des magazines que je n’aurais jamais lus auparavant. Le succès fut tel qu’il décida de formaliser l’exercice dans un condensé quotidien distribué à tout le personnel supérieur.

Un geste anodin était devenu un projet majeur qui s’ajoutait à mes tâches quotidiennes. Personne ne me proposa de l’aide et je n’en demandais pas. Je savourais à la fois ce projet valorisant et le maudissait pour le surcroît de travail qu’il amenait.

Ce n’est que bien plus tard que j’ai réalisé que le problème fondamental était mon besoin d’être reconnue, ma tendance à faire plaisir aux autres et ma réticence à demander de l’aide.

Lorsque vous discernez dans votre attitude une source du problème et même si ce constat peut être douloureux, vous vous sentez moins victime.

Evaluation perso : quelle est la source principale de mon stress au travail? Dans quelle mesure est-ce que je favorise le problème?


2. Assumez votre attitude
Lorsqu’un collègue commence à se plaindre des horaires, de la surcharge ou du planning des vacances, les autres se sentent obligés d’en rajouter. Combien de fois avez-vous vécu une telle situation à la cafétéria? Se plaindre est contagieux.

Ressasser une situation stressante dans un cadre qui ne permet pas de corriger le tir exacerbe les émotions et coûte donc de l’énergie sans rien résoudre. Cela fait même paraître le problème pire qu’il ne l’est en réalité.

La Bible dit, en substance, d’économiser sa salive. Cherchez plutôt à être porteuse des fruits de l’Esprit: l’amour, la joie, la paix, la bonté, etc. Si vous avez une solution à proposer, adressez-vous directement à la bonne personne et défendez votre point de vue. Découvrez le plaisir à faire partie de la solution et non du problème.

Evaluation perso: quelle est la personne appropriée pour en discuter? Y a-t-il une autre manière de considérer à la situation? Que puis-je faire pour éliminer ce stress plutôt que de le ressasser?


3. Définissez ce qui peut changer et ce qui ne le peut pas
Jeune adulte, j’ai passé trois mois dans un bureau où l’âge moyen était de cinquante-cinq ans et le slogan: «On a toujours fait de la sorte».
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x