L'article

Les camps, bons pour la famille

Les camps, bons pour la famille
 
15.05.17 - Possibilité de «mettre les pieds sous la table», de partager la foi de personnes d’autres régions et familles d’Églises que la sienne et découvertes de nouvelles régions: les bénéfices des camps familles sont nombreux. Témoignages.

Dossier vacances.
Grâce aux camps famille, Joël, Jacqueline et leurs deux filles ont découvert de nombreux coins de France, de Chalon-sur-Saône à Six-Fours-les-Plages ou du Château de Joudes à Aix-en-Provence. Cette famille suisse a participé à six camps de familles proposés par différents centres ou organisations.

Ce que Joël et Jacqueline apprécient beaucoup dans ce type de vacances, c’est que tout est organisé, des repas aux moments spirituels en passant par les sorties et les soirées. «Pour les mamans, il est reposant de n’avoir rien à faire», remarque Jacqueline.
En effet, les enfants ont aussi leur programme et se font vite des copains et copines. Pour les parents aussi, c’est l’occasion de rencontrer des chrétiens d’horizons divers et d’avoir des discussions enrichissantes en petit groupe le matin ou lors des soirées à thèmes.

Pour toute la famille, c’est une opportunité de vivre des «premières fois»: «A Teen Ranch, les filles ont eu la possibilité de faire du cheval et des activités comme le bubble ball. Pour ma part, j’ai fait pour la première fois du scrapbooking», se souvient la mère de famille.

Rachel et Simon venaient d’avoir un quatrième enfant. La grande question était alors de savoir quelle serait la formule de vacances qui permette à cette famille avec quatre enfants en bas âge de vivre un temps de détente. La location? Elle occasionnerait une course au ravitaillement et autres tâches quotidiennes. C’est sur internet que le jeune couple est tombé sur la formule proposée par l’Eau vive Provence: «Pension complète, ambiance familiale, prise en charge des enfants durant la matinée, temps de ressourcement spirituels, cigales, climat méditerranéen et bien sûr, une piscine.» Que demander de plus?

Depuis, Rachel, Simon et la famille retournent chaque année au même endroit depuis cinq ans. Ils apprécient de vivre des temps en différents cercles: en couple, en famille, en groupe. «Les enfants ont lié de belles amitiés. Et nous avons eu l’occasion de partager nos joies et nos peines avec d’autres participants.»

Lara, 17 ans, a découvert le camp de famille en 2011. Encouragés par d’autres familles, ses parents se sont inscrits au Camp des Cimes. Pour Lara et son frère, ce fut d’abord la douche froide. «Le premier jour, je n’étais pas du tout enthousiaste. Avec mon frère, on regrettait d’être venus. On se plaignait».

Heureusement, la première soirée leur a permis de se sentir intégrés. La méfiance, la critique ont disparu: «J’ai passé le meilleur camp de ma vie. Je ne voulais plus partir. Depuis, on y participe chaque année». Et qu’apporte selon elle la dimension familiale? «Des souvenirs communs inoubliables», répond la jeune femme. Lara déclare qu’elle et sa famille ressortent des camps tellement ressourcés qu’elle en vient à oublier les conflits, disputes et autres désaccords.

Sandrine Roulet et Christian Willi

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: Dr
 

x