L'article

«Je suis brisée mais non détruite»

«Je suis brisée mais  non détruite»
 
21.02.18 - Auteure de plusieurs ouvrages dont le guide d’étude de la Bible Fondements (éd. Motivé par l’essentiel), Kay Warren œuvre avec discrétion aux côtés de son mari Rick, fondateur de la méga-Eglise de Saddleback (USA). Entretien.
En 2013, votre fils âgé de 27 ans s’est donné la mort. De quoi souffrait-il?
Alors qu’il était encore en bas âge, j’ai remarqué que mon fils Matthew était différent de son grand frère et de sa grande sœur. Je ne savais pas à l’époque que les enfants pouvaient souffrir de troubles psychiatriques. A l’âge de sept ans, on nous a dit qu’il était dépressif. S’en est suivi une série de diagnostics, dont j’ignore s’ils étaient tous justes: trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité, troubles de panique, trouble bipolaire précoce, des pensées suicidaires, un état dépressif sévère, un trouble obsessionnel-compulsif, une peur de dysmorphie corporelle et, pour terminer, un trouble de la personnalité borderline.

Que dites-vous aux parents dont un enfant s’est suicidé bien qu’étant enfant de Dieu?
Cela peut paraître étrange, mais l’une de mes plus grandes joies est d’affirmer face à ces familles endeuillées: «Votre proche a placé sa confiance en Jésus. Il est donc avec Jésus.» En Jn.
10, 27 et 29, Jésus dit: «Mes brebis écoutent ma voix... et personne ne peut les arracher à la main de mon Père». Certains diront: «Et s’il s’est ôté lui-même de la main de Dieu?» Mais c’est impossible! Jésus lui-même a affirmé que personne ne peut ôter de la main de Dieu.
L’apôtre Paul l’affirme également: «En effet, j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ... ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu» (Rom. 8, 38-39). Je peux affirmer avec certitude que si la personne qui s’est suicidée connaissait Jésus, elle se trouve actuellement auprès de lui, dans ses bras.

Comment la maladie mentale de Matthew a-t-elle affecté votre propre foi en Dieu?
Alors que la situation de Matthew se dégradait, je luttais pour continuer à prier car aucun miracle ne pointait à l’horizon. J’avais une petite boîte sur laquelle figurait le mot «Espoir». Je l’ai remplie de promesses bibliques pour trouver le courage de continuer à faire face aux affreux tourments de mon fils. Je croyais vraiment que Dieu le guérirait.
Et puis un jour, Matthew s'est donné la mort.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Aux lectrices qui seraient tentées par le suicide...

«J’aimerais vous dire que mon cœur souffre pour vous. D’après ce que j’ai compris, vous vivez avec des désirs ambivalents qui vous disent à la fois: "Je n’en peux plus, ma seule issue est le suicide" et par ailleurs: "Je ne veux pas mourir." Vous pouvez par exemple utiliser cette contradiction à votre avantage: choisissez de nourrir les pensées qui refusent la mort et d’ignorer les autres.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x