L'article

Être reconnaissante: ça change quoi?

Être reconnaissante: ça change quoi?
 
15.11.19 - Facteur de santé mentale et authentique discipline spirituelle, la gratitude permet en plus de fortifier les relations. Réflexions et idées pratiques.
Depuis sa chaise haute, David secoue sa toute petite menotte avec le boudoir que sa maman vient de lui donner et dit: «Si, si», ce qui signifie: «Merci». Sa maman est très fière et lui fait un gros bisou pour le remercier à son tour de tant de politesse et de gratitude. Mais à bien réfléchir, est-ce si important de dire merci? Pour qui cela est-il important?
Pour celui qui a fait un don ou pour celui qui l’a reçu?

Des bienfaits prouvés
Pour la psychologue Céline Rivière, le fait d’être reconnaissant a un impact positif sur notre rythme cardiaque. Robert Emmons, psychologue lui aussi, a cherché à prouver scientifiquement tous les bienfaits de la gratitude. Pour cela, il en a étudié pendant des années les bénéfices secondaires. A ses yeux, la reconnaissance fait assurément partie de la santé mentale, c’est réellement une «force qui change tout», notamment parce que l’on prend le temps de regarder ce qu’on a.
Margot abonde dans ce sens quand elle raconte: «Quand on m’a diagnostiqué une tendinite, j’étais reconnaissante, toute contente à l’idée que ça aurait pu être pire! Je préfère positiver, apprécier ce que j’ai, regarder à ce qui va. Cela me remonte le moral.»

Se souvenir et lister
Citons Epicure et Sénèque. Les philosophes recommandaient d’être reconnaissant pour les biens reçus quotidiennement. Parmi les auteurs chrétiens, dès 1974, Merlin Carothers explique dans plusieurs livres devenus des best-sellers combien «il est important de dire merci à Dieu pour toutes choses».
Quant à Anne Voskamp, dans «Mille cadeaux», elle raconte comment elle s’est mise à dresser la liste des cadeaux qu’elle avait déjà dans sa vie. La confiture bien épaisse sur la tartine, le cri du geai depuis le haut du sapin, etc. A priori, des choses banales, mais qui ont amorcé chez cette mère de six enfants une prise de conscience et l’ont transformée au plus profond. Cette liste, c’est comme «déballer l’amour» écrit-elle, «c’est une démarche spirituelle, un changement de perspective».

Prendre conscience de l’autre
Dire merci, c’est aussi faire preuve d’humilité. Quand je dis ce «mot magique», je ne suis pas dans l’autosuffisance. Au-delà de la règle de politesse conventionnelle, «cela aide l’enfant à prendre conscience de l’autre» écrivait récemment la journaliste Evelyne Montigny dans le Quotidien La Croix.

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x