L'article

En finir avec la comparaison

En finir avec la comparaison
 
31.05.10 - Qu’y a-t-il de plus humain que de se comparer? On a beau entendre partout que chaque personne est différente, avec ses caractéristiques bien à elle. La tendance ou la tentation reste. Mais on peut en être libérée, la comparaison étant un symptôme. SpirituElles s’est penché sur cette problématique
Zoé, jeune mariée, a tendance à se comparer à sa belle-mère, qui concilie avec brio sa vie de femme et son engagement chrétien. Lorsqu’elle est paumée dans l’éducation de ses enfants, Sophie se penche sur la vie de couples amis: eux au moins, ils savent garder un calme olympien en toute circonstance! Rachel, pour sa part, compare son physique à celui de ses collègues. Pas facile d’être satisfaite lorsqu’on se laisse aller à la comparaison!

Construire son identité
Selon Claire Doerig, thérapeute au centre Horizon9 de Genève, cette tendance à se comparer est liée à la recherche de son identité. Le petit enfant se pose déjà la question de son identité de manière implicite. Ce sont ses proches qui lui renvoient l’image de qui il est. Comme sur de la neige fraîche, des traces sont laissées. Plus les paroles sont répétées, plus les traces seront profondes.

Plus tard, la question se renforce encore mais l’adolescent va se tourner vers ses pairs pour trouver la réponse. «Je me comparais beaucoup à l’adolescence: aux copines plus cool, plus femmes et qui avaient l’air mille fois mieux dans leur peau que moi», se souvient Sophie. Aujourd’hui, les choses ont évolué: «J’ai fait ma propre route et je me dis que ma vie me va bien.
»

Mais certaines personnes mettent du temps à «se trouver»: «Si cette question n’est pas résolue, on essaie de se définir en se comparant aux autres. Une partie des gens vont le faire toute leur vie», analyse la thérapeute.

Se voir juste: un art difficile
Claire Doerig met aussi en cause la société: «En mettant des normes en place, en les valorisant, elle accentue encore notre penchant à la comparaison. En fait, elle nous dicte comment être accepté et aimé». Mais en n’osant pas être soi-même, on se perd et on devient esclave des autres, observe la thérapeute. Et de citer cette recommandation de l’apôtre Paul: «Vous avez été rachetés à un grand prix. Ne devenez pas esclaves des gens!»

Le pasteur Dany Hameau, dans son ouvrage L’image de soi (Ed. Farel), appelle à développer une vision juste et adéquate de sa propre personne. «Sans orgueil ni fausse humilité», commente l’auteur. «C’est un art qui demande beaucoup d’équilibre, de sagesse et de maîtrise de soi. Tout cela ne s’improvise pas, ni ne s’acquiert en un claquement de doigts.»

Comparaison n’est pas raison
Une des caractéristiques de la comparaison, c’est ses conclusions hiérarchiques. On s’estimera soit «moins», soit «plus» que l’autre, mais rarement au même niveau.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x