L'article

Elles ont échappé à la charge mentale

Elles ont échappé à la charge mentale
 
22.08.19 - Elles sont toutes deux très actives et ont expérimenté que la charge mentale n’est pas une fatalité féminine! Portraits.
Stéphanie (photo de gauche): Son fils cadet est autiste
La vie de Stéphanie, Québécoise de 39 ans, bascule lorsque son fils cadet est diagnostiqué autiste: «Ton monde s’arrête, alors qu’autour de toi, tous poursuivent leur vie normalement.» Très vite, la jeune femme s’investit de la mission de «sauver son fils», de tout faire pour qu’il se développe en exploitant ses compétences au maximum. Cela prend tout son temps.
Mais intérieurement, elle n’est pas en paix.
Crises de paniques, colères contre Dieu, sentiment récurrent de ne pas être à la hauteur des exigences impossibles qu’elle s’est elle-même fixées, elle s’épuise. Sa vie sociale et ses activités personnelles sont au point mort. Lorsque son fils a 8 ans, «mes plombs ont sauté», se souvient Stéphanie, «je me souviens être restée bloquée devant ma liste de courses, incapable d’écrire cinq lignes».

Le tournant
«Ton enfant a besoin que tu l’aimes comme il est!» Ces mots, prononcés lors d’un tête-à-tête avec l’oratrice (elle-même maman d’un enfant handicapé) d’une conférence chrétienne à laquelle Stéphanie participe, la touchent en plein cœur: «Ça m’a fracassée, je savais que c’était Dieu qui désirait me dire cela, par l’intermédiaire de cette femme. Cette soirée-là, c’est comme si cinq tonnes tombaient de mes épaules.» Elle comprend que Dieu lui demande d’aimer son enfant, sans jouer à l’infirmière, sans porter des fardeaux qu’il ne lui confie pas.
Stéphanie décrit cette prise de conscience comme une libération. «Les années ont passé, et depuis que j’ai donné le contrôle de ma famille et de mes enfants à Dieu, que j’ai arrêté de tout prendre sous mes ailes, j’ai vu Dieu agir et me donner des stratégies au quotidien.» Aux femmes qui sont dans des situations de surcharge mentale, elle conseille de tester la promesse de Matt. 6, 33: «Cherchez d’abord le Royaume de Dieu, tout le reste viendra par-dessus: c’est du vécu!»

Alix (photo de droite): Plus de cinq ans sans congé
Alix revient de loin. Lorsqu’elle fait le bilan des quelques années qu’elle vient de vivre, le constat est cinglant: cinq ans et demi de travail sans aucun jour de congé! Comment est-ce possible?
Tout commence lorsque la collègue de la quinquagénaire française quitte son poste de soignante, laissant Alix momentanément seule à la barre de l’association de soins à domicile que les deux infirmières libérales avaient créée quelques années auparavant. Cette situation, au départ temporaire, devient le quotidien de cette chrétienne «tout terrain», qui préfère tout gérer plutôt que d’engager du personnel. Elle a bien tenté de recruter de l’aide, mais elle juge à chaque fois le niveau de professionnalisme ou l’investissement très lacunaire.

Elle puisait à la source
Aujourd’hui jeune retraitée, elle relève que bien que sa situation n’ait de loin pas été idéale -il aurait fallu déléguer-, c’est son intimité avec Dieu qui l’a portée durant ces années de surcharge physique, mais surtout mentale, importante. «J’avais pris conscience de la nécessité de me nourrir, spirituellement parlant, chaque matin, en lisant la Bible et en passant un moment avec Dieu: cette “manne”, c’était ma force morale et mon énergie. Si pour une raison quelconque il m’arrivait de ne pas venir aux pieds de mon Seigneur un jour ou deux, j’étais épuisée.»
Une autre image qui l’a accompagnée durant cette période de surcharge se trouve dans Matt. 11, 28. Le joug, soit la charge que Dieu nous donne à porter, est décrit comme léger, et c’est très précisément ce qu’Alix a expérimenté. «Lorsque deux bœufs sont placés côte à côte, la charge du joug est répartie sur chacun de leurs dos, et cela se passe aussi lorsqu’on laisse Jésus se tenir proche de nous. Il porte la charge avec nous. Il ne faut pas sous-estimer la puissance qui se trouve dans cette parole et qui transforme le ressenti de nos réalités», conclut-elle en forme d’encouragement.

Par Rebecca Reymond

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x