L'article

Destination Afghanistan

Destination Afghanistan
 
17.08.18 - Âgée de 25 ans, Sylvia* a eu la conviction qu’elle devait se rendre dans ce pays plus connu pour les attentats à répétition que pour les voyages organisés. Explications.
«Je me suis dit que j’aimerais effectuer un voyage de trois semaines en Afghanistan pour me faire une idée de la culture. Finalement, j’y ai passé trois mois et demi!», raconte Sylvia. La raison de cette prolongation? Les risques de kidnapping ou d’assassinat étant trop importants, aucune équipe sur le terrain ne voulait faire tout l’effort pour la former en vue d’un simple séjour touristique.

Un privilège, plutôt qu’un sacrifice
Sylvia avait déjà eu l’occasion de passer un an au Chili, cinq mois en Tanzanie et deux mois au Kenya. Mais rien à voir avec l’Afghanistan. Qu’est-ce qui a bien pu pousser la jeune femme dans ce pays? Depuis l’âge de quatorze ans, Sylvia avait la certitude qu’elle s’y rendrait un jour. Ce n’est toutefois que dix ans plus tard qu’un rêve a confirmé que le moment était venu: «J’ai vu de violentes scènes de guerre. Jésus est venu près de moi, il a observé les événements et nous avons tous deux pleuré face aux horreurs.
» Sylvia raconte comment elle a ensuite vu une grotte où un mari demandait, à genoux, à sa femme de lui pardonner alors qu’ils lisaient la Bible. «Soudain, j’ai réalisé que Jésus n’était plus à mes côtés mais qu’il servait la Sainte Cène à ce couple.»

Dans son rêve, Sylvia s’est alors exclamée: «Mais je veux participer à cela. Je ne veux pas rester dans un rôle d’observateur.» Tout à coup, un tremblement de terre est parti de cette grotte, et tous ceux qui faisaient la guerre sont restés comme paralysés. «Et là, Jésus est venu me demander: ″Sylvia, es-tu prête à partir? Faire trembler la terre, c’est mon travail. Mais rencontrer des gens pour me faire connaître et leur montrer ce que cela signifie de me suivre, ça tu peux le faire.″» Pour Sylvia, ce rêve a transformé sa perspective: «J’ai alors réalisé que ce n’était pas un sacrifice de partir en Afghanistan. C’était un privilège!»

Une riche expérience
Durant son séjour, Sylvia a initialement partagé son temps entre l’école à la maison pour trois enfants d’une famille d’expatriés et un centre de formation où elle enseignait des techniques pédagogiques. Par la suite, Sylvia a également organisé un club d’enfants (4-6 ans) tout en expliquant ses méthodes aux enseignants locaux.

Évidemment, «je ne pouvais pas me déplacer seule et pour moi, c’était difficile de ne pas faire de sport. La verdure me manquait aussi, puisque le climat est très sec», raconte la jeune Suissesse. S’habiller de noir et porter le voile, bien qu’inhabituel, ne l’a pas dérangée outre mesure. Quant aux questions de sécurité, «de façon générale, les explosions ne m’effrayaient pas. Cela me faisait surtout de la peine de savoir que mes proches allaient encore s’inquiéter pour moi.»
Mais son plus grand bonheur, et de loin, a été de partager sa foi en Jésus-Christ avec une jeune femme. «Nous avons beaucoup échangé et nous avons commencé à lire la Bible ensemble.» L’intérêt de cette amie restait cependant tempéré par sa situation délicate: «Elle était tout à fait consciente des dangers qu’elle encourait. Chaque fois que quelqu’un entrait dans la pièce, elle cachait sa Bible», relate Sylvia.

A l’avenir...
Sylvia retient de son séjour que le plus important, c’est faire preuve de souplesse, car «les choses ne se passeront probablement pas comme on les a prévues.» Elle insiste aussi sur le fait de partir dans l’idée de découvrir les richesses de la culture locale et de s’adapter aux coutumes avec un cœur ouvert. Sylvia va bientôt se marier. Retournera-t-elle un jour en Afghanistan? Elle n’en sait rien. Mais comme elle le recommande à d’autres, «il s’agit de rester ouverte à la volonté de Dieu, de prier pour le lieu où on aimerait se rendre, et s’attendre à voir Dieu agir». Tout simplement.

*Prénom d’emprunt pour raisons de sécurité.

Par Rachel Gamper

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x