L'article

Apprendre à pardonner...

Apprendre à pardonner...
 
17.08.18 - Quelles sont les étapes qui jalonnent une réconciliation? Et peut-il y avoir réconciliation sans pardon? Interview croisée de Monique Juvet, co-auteur du livre Honneur et Puissance (éd. Global Institut of Honor) et Apolline Ntawuruhunga, rescapée du génocide rwandais.
On a tendance à confondre pardon et réconciliation. Quelle différence faites-vous?
Monique: On ne pardonne pas pour l’autre mais pour soi. Le bénéficiaire n’est pas forcément au courant de cette démarche, il peut même être décédé.
L’important, c’est de ne pas rester sur une offense qui fait un travail de sape à l’intérieur. Quand on ne pardonne pas, l’amertume s’installe, parfois la pitié de soi, le désir de vengeance, etc. Cela casse la relation, ou bien alors celle-ci n’est que superficielle. Le non-pardon est comme une prison, selon la parabole de Jésus (Matt. 18). Pardonner, c’est remettre une dette: je donne ce qu’on m’a pris. Alors que la réconciliation, c’est la restauration de la relation: il faut être à deux et que l’autre ait aussi le désir de réparer la relation brisée.
Apolline: Dans 2 Cor. 2, 10-11, Paul écrit: «Si j’ai pardonné, je l’ai fait à cause de vous devant le Christ pour ne pas laisser Satan prendre l’avantage sur nous.» Si elle reste, la blessure est comme un poison qui peut pousser à la déprime.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 
En savoir plus

Le récit d’Apolline

Apolline pensait avoir pardonné à ses agresseurs en arrivant en Suisse pour être soignée. Mais en réalité, elle ne supportait pas de penser aux Rwandais. En lisant un ouvrage sur le pardon, cette pensée l’interpelle: ça ne sert à rien de couvrir les blessures pour survivre car elles sont là et handicapent notre existence. L’auteur conseille de les reconnaitre et de les montrer à Jésus. «Je me suis couchée au sol et pleurant, et j’ai dit à Jésus que j’étais profondément blessée. Quand les Rwandais sont venus dans mes pensées, j’ai prié: «Donne moi de les voir comme tu les vois.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x