L'article

Aider bébé à trouver son rythme de sommeil

 
31.08.09 - Un bébé à la maison, c’est la révolution ! Les premiers mois sont souvent synonymes d’émerveillement, mais également de grande fatigue. Quelques «astuces» pour favoriser le sommeil du bébé
Edwige Antier, célèbre pédiatre française, parle de «l’anarchie des 100 premiers jours». Elle explique que le sommeil du bébé n’est pas rythmé par l’alternance jour/nuit mais par sa sensation de faim, de satiété et l’horloge de son cerveau fœtal. Comme les tétées de la nuit correspondent à un réel besoin, inutile de laisser pleurer le bébé.

A tester  :
Établir un rituel du soir pour l’aider à comprendre la différence entre le jour et la nuit. Changer son pyjama même s’il n’est pas sale. Chanter des mélodies douces ou mettre un CD de berceuses. Baisser les lumières. Ne pas le stimuler avec des activités qui l’éveillent (gouzis-gouzis, tapis d’éveil). La nuit, donner les tétées ou le biberon dans le silence et la semi obscurité.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
En savoir plus

Nos spécialistes répondent à vos questions

«Un garçon qui se fait frapperr sur le chemin de l’école, une fillette qui subit des agressions verbales par un groupe d’autres filles, etc. En tant que parents ou proches attachés aux valeurs de l’Evangile, que conseiller aux enfants confrontés à la violence ?»
Il est utile d’investir du temps pour le dialogue et de redire que le monde est hostile et caractérisé par la violence. C’est le cas chez les adultes comme chez les enfants. Les parents peuvent aider leurs enfants en leur apprenant à attribuer le poids adéquat aux regards, aux paroles et aux actes des personnes qui les entourent : le plus important est ce que Dieu dit et pense de moi. C’est cela qui détermine qui je suis et ma valeur. Ensuite vient l’avis des parents, qui encouragent, soutiennent et valorisent.

(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x