L'article

A l’écoute, sans renoncer à mes convictions!

A l’écoute, sans renoncer à mes convictions!
 
22.08.19 - Comment rester fidèle à sa foi tout en pratiquant l’écoute des personnes qui ont un avis différent du nôtre? Tour d’horizon avec le philosophe évangélique Charles-Eric de Saint-Germain.
Avec une amie non chrétienne, je discutais des «énergies» censées nous guérir, quand je me suis rendue compte qu’elle était bien plus à l’écoute de ce que j’avais à dire que moi-même je ne l’étais vis-à-vis de ses propos. J’étais persuadée que j’avais raison et ressentais de l’agacement par rapport à ses propos. Ou peut-être avais-je peur de laisser le doute s’immiscer dans ma foi? Est-il possible de faire preuve d’ouverture tout en restant fidèle à ses convictions?


A l’écoute d’une quête
Pour construire un dialogue ouvert et bienveillant, Charles-Eric de Saint-Germain conseille de partir de ce que nous pouvons avoir de commun avec celles et ceux qui ne partagent pas notre foi ou nos valeurs. Il s’agit par exemple de reconnaitre qu’une personne ayant recours à l’occultisme peut se trouver dans une réelle «quête spirituelle» et recherche de vérité. «La question se pose ensuite de savoir si la voie empruntée permet réellement de combler le cœur de celui qui s’y adonne. C’est là que le message chrétien doit pouvoir être proclamé car il est le seul à pouvoir répondre véritablement aux besoins du cœur de l’homme.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 
En savoir plus

Que dit la Bible sur la tolérance?

«Le Nouveau Testament se veut accueillant vis-à-vis du pécheur, tout en dénonçant fermement le péché», résume Charles-Eric de Saint-Germain. Car le contraire du péché, comme le disait le philosophe et théologien Kierkegaard, n’est pas la vertu, mais la foi. «Nous avons trop souvent tendance à moraliser le péché, en oubliant que le péché, dans son sens biblique, est un état de séparation d’avec Dieu. Nous devons donc tolérer la faiblesse humaine, car elle est la conséquence de la corruption de notre nature», indique le philosophe.
En revanche, ce qui semble difficilement tolérable au philosophe dans notre modernité, c’est le renversement des valeurs: en appelant aujourd’hui «mal» ce qui est «bien» et «bien» ce qui est «mal», on risque de rendre impossible la repentance, puisque le mal n’est même plus reconnu comme tel. «Or il n’y a pas de miséricorde possible pour celui qui ne reconnaît pas son péché comme un péché, et qui ne peut, du coup, s’en repentir en demandant pardon à Dieu.»

 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x